Publié le 3 commentaires

Première escapade de l’année !

Maintenant que tout est prêt, à nous les sorties en mer!

Coefficient de marée : 81

Mer calme, temps chaud en partie ensoleillé

Le climat idéal pour une première balade, nous décidons de faire un tour sur l’île de Cézembre, face à Saint Malo. Cette petite île fut l’endroit le plus bombardé de la 2eme guerre mondiale, et seule la plage est accessible, le reste de l’île n’étant pas déminé. Pour l’actu, un sentier permettant de découvrir un peu plus le site sera bientôt accessible, voir l’article ( http://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-malo-35400/saint-malo-l-ile-de-cezembre-cloture-son-operation-de-deminage-4878752 )

Elle se situe à 4km de Saint Malo (intra-muros), 3,5 km de Dinard, et se trouve être l’île la plus importante de la baie de Saint Malo. Environ 700m de longueur et une largeur maximale de 250m

Une petite carte afin de localiser l’endroit, pour ceux qui ne connaissent pas:


Petite anecdote moins connue, Cézembre signifie « la hauteur le plus haute » en langue celte. Elle était reliée au continent et serait devenue une île suite au raz de marée supposé en 709

Échoués sur la plage de Cézembre


Très calme en cette mi-mai, pleine semaine en dehors des ponts !


Un tapis de carpobrotus, plus connus sous leur appellation imagée de « griffe de sorcière »

Au cours de notre voyage au Maroc l’an dernier, un guide nous expliquait qu’Alexandre Le Grand s’en servait pour soigner les blessures de ses soldats, et qu’on l’utilise pour soigner les verrues…


Le phare de grand jardin (mais j’aurai l’occasion lors d’une prochaine balade de faire une photo plus près)


On aperçoit le fort de la Conchée, comme pour le phare, je vous le montrerai de plus près 😉


Départ de l’île sous un ciel plutôt menaçant


Retour dans l’anse de Solidor. Fin de la balade du jour, bien agréable dans ces conditions.

Prochainement la suite des découvertes avec le fort Lalatte !

Publié le Laisser un commentaire

Présentation de notre voilier « Par Hasard »

Ce petit voilier, un Sunfast 20 Jeanneau de 1994, s’ennuyait au fond d’un chantier naval depuis plusieurs années, car son propriétaire n’avait malheureusement pas décroché le sésame tant convoité : un emplacement de mouillage.


Le compromis idéal pour que mon cher et tendre me fasse découvrir la voile, qu’il pratique depuis pas mal d’années (souvent en catamaran).

Ce modèle dériveur intégral permet également de s’échouer facilement pour explorer de nombreux trésors en baie de Saint Malo (articles à venir…)

Après cette magnifique acquisition au printemps dernier, notre première mission était de lui refaire une beauté. Après des heures de sueurs, des heures de lecture de tutos et autres « chinages » de conseils, de nombreux aller-retour dans les magasins d’accastillage, il était fin prêt à retrouver son élément : la mer!

Je vous passe les détails, mais si vous avez des questions, je répondrai autant que possible


25 sorties de mai à novembre, mes connaissances en navigation se sont nettement améliorées ! Ce qui finalement n’était pas bien difficile, puisque je partais quasiment de zéro 😉

Bilan de cette première saison :

  • Découverte de la côte d’émeraude de fort Lalatte à la pointe de La Varde
  • Échouages pour explorer les Ebihens, l’île d’Harbour et son fort, l’île de Cézembre
  • Premiers essais de pêche en mer, mais pas super équipés
  • Conditions météo de « pétole mer d’huile » à « ça penche beaucoup là, 45 degrés quand même, t’es sûr que ça craint pas là ? »

Problèmes rencontrés :

  • 2 lattes de voiles perdues et remplacées ✅
  • Un moteur hors bord parfois capricieux ✅
  • La chaise moteur qui casse: repêcher le moteur, refaire une chaise ✅
  • L’amarrage qui cède début novembre, bateau qui dérive et s’échoue prés du barrage (sans gros dégâts 😅) ✅
  • Finalement, pas tant de problèmes que ça 😂

Une nouvelle saison commence cette année, avec son lot de petites ou grandes aventures !

À suivre…